Le blé dur | Passion Céréales

   © © Bernard Minier

Dossier

Le blé dur

Le blé dur est principalement cultivé dans les régions chaudes et sèches, comme dans le sud de la France. La richesse en protéines de nos blés durs est propice à la fabrication de pâtes françaises de qualité. Cette caractéristique est reconnue au-delà de nos frontières puisque 75 % de la production de blé dur est exportée et utilisée par les fabricants de semoule et pâtes du monde entier.


NOM COMMUN :
Blé dur
 
NOM LATIN :
Triticum durum
 
TAILLE :
La taille du blé dur varie entre 80 et 120 cm.
 
SIGNES DISTINCTIFS :
Comme son nom l’indique, il a les grains plus durs que le blé tendre. Ils ne peuvent donc pas être réduits en farine.  On le distingue du blé tendre par ses épis qui possèdent de longues pointes effilées qu’on appelle « barbes ». Ce qui lui vaut le surnom de blé barbu.

LA CULTURE DU BLE DUR EN CHIFFRES :

Avec en moyenne 2 million de tonnes de blé dur produites chaque année, la France est le 2ème producteur de l’Union Européenne derrière l’Italie, et le deuxième exportateur européen de semoule. Le blé dur est la quatrième céréale cultivée en France.

ZONES DE CULTURE :

Le blé dur est principalement cultivé dans les régions chaudes et sèches, il est donc traditionnellement cultivé dans les pays du sud de l’Europe et au Maghreb, mais sur tout le continent américain, en Russie et en Turquie. En France, le blé dur est principalement cultivé dans le sud ou il profite d’un climat chaud et sec, mais également en Centre-Val-de-Loire et même dans le Grand-Est !

 

SON CYCLE DE CULTURE :

Comme pour les autres céréales d'hiver, il faut attendre neuf mois entre le moment où la graine est semée et la récolte. Le rendement du blé dur est inférieur à celui du blé tendre.

Pour découvrir comment on cultive le blé dur et tous les épisodes de la série « Au fil du grain », partez à la rencontre de Jean-François Monod, agriculteur dans la région Occitanie !

 

DANS NOS ASSIETTES :

Le blé dur est l’ingrédient star des pâtes françaises ! D’abord transformé en semoule par la fragmentation de ses grains, la pâte, obtenue par l’addition d’eau, est ensuite malaxée et pétrie avant de se transformer en spaghettis ou en penne, par le passage dans des filières qui donnent les formes aux pâtes. Une fois la forme donnée, les pâtes sont séchées et mises en sachets.

Pour tout savoir sur la fabrication des pâtes, retrouvez notre dossier thématique ainsi que la série « Au Fil du Grain » avec le semoulier et la pastière.

Outre les pâtes, le blé dur transformé est aussi l’ingrédient principal de la semoule, du pilpil, du boulgour et du blé concassé. Il peut également être consommé cuit entier sous deux formes : récolté encore jeune et vert où à maturité. Et chez la cheffe française Flora Mikula, on en fait même de délicieux sablés ! Suivez ses conseils avisés dans notre série « Une céréale, un chef, un secret » et retrouvez toutes nos recettes sur notre page dédiée.

Le blé dur présente de grandes qualités nutritionnelles grâce à sa richesse naturelle en protéines, en glucides (les fameux sucres lents !) et en vitamines B.

Pour bien intégrer cet aliment de base à son alimentation quotidienne, ne manquez les conseils avisés de la diététicienne Marie Lesecq !

Une culture tournée vers l’exportation : la France est le deuxième exportateur européen de semoule. Et les chiffres sont témoins d’une qualité reconnue : 75% de la production française de blé dur est exportée et utilisée chaque année par les fabricants de semoule et de pâtes du monde entier !

DANS L'ALIMENTATION ANIMALE :

En France, le blé dur n’est pas utilisé pour l’alimentation animale mais c’est le cas dans d’autres pays comme aux USA.

 

Portrait de céréales d'aujourd'hui

Cette brochure permet de tout connaître des quinze céréales de notre quotidien (pseudo-céréales comprises). L’occasion d’en apprendre plus sur les céréales connues (blé, maïs, orge, riz) mais également de découvrir celles que l’on connaît moins comme le sorgho, le millet ou le quinoa.