Les Français et... le pain | Passion Céréales

  

Dossier

Les Français et... le pain

Si le pain est l’aliment de base de nombreuses cultures, les Français entretiennent une relation particulière avec lui. Depuis les prémices de la Révolution française jusqu’au 20e siècle, il s’est au fil du temps associé à l’identité du pays jusqu’à faire de la baguette de pain un emblème du mode de vie et du modèle alimentaire français. Les indicateurs aujourd’hui disponibles montrent que le pain demeure un pilier du paysage alimentaire.


Selon une étude publiée en février 2016*, l’Observatoire du Pain précise que 98 % des Français consomment régulièrement du pain, 92 % déclarent en avoir la plupart du temps à la maison et 59 % veillent à en avoir tout le temps à disposition chez eux. La consommation, de l’ordre de 125 g de pain par jour et par personne, est principalement réalisée sous forme de baguette, ce qui représente 6 milliards de baguettes de pain par an, ou encore 15 millions de baguettes par jour…

Pour répondre à cette demande, les meuniers français fabriquent chaque année environ 4 millions de tonnes de farine (Mt) dont 2,4 Mt destinées à la panification**.

Grâce à la répartition homogène des cultures céréalières, au maillage des 430 moulins et aux 32 000 boulangeries artisanales (un point de vente pour 1 800 habitants), la France dispose d’une filière pain structurée et bien répartie sur l’ensemble du territoire. En aval de la filière, on estime ainsi que chaque boulanger est à moins de 200 km de son meunier.

   

* « Les Français et le pain », enquête réalisée fin 2015 par l’Institut QualiQuanti auprès d’un échantillon représentatif de 2 300 personnes.
** Observatoire du Pain. NB : le terme « panification » regroupe la fabrication de pain et de pâtisseries.

Pour les Français, le pain est à juste titre, étroitement associé au boulanger, dans les représentations imaginaires comme dans les actes quotidiens : 60 % des livraisons de farine prennent le chemin des boulangeries, contre 31 % pour les unités de boulangerie-pâtisserie industrielles et 9 % pour la grande distribution, qui a développé une offre de pain cuit sur place.

Au-delà de la baguette et de la baguette « de tradition française » (de plus en plus consommée), l’offre de pain s’est considérablement diversifiée afin de s’adapter aux nouvelles attentes des consommateurs : pain bio, pains aux céréales, aux fruits ou aux oléagineux, pains spéciaux… ainsi qu’aux évolutions des modes de vie, notamment avec la montée puissance de la restauration hors domicile et nomade (sandwichs, bagels, paninis…).

Au cours des dernières années, les rayons des boulangeries se sont ainsi enrichis de recettes répondant à des demandes variées : saisonnalité, convivialité, accords entre mets, apports nutritionnels ciblés… Bien que les pains spéciaux restent, en volumes, des produits « niche », ils sont perçus par le consommateur comme des marqueurs de qualité et de savoir-faire.

Le pain que l'on aime

Quel que soit le mode de consommation et le mode de fabrication du pain, le premier critère d’achat reste la qualité, valeur consubstantielle à la notion de plaisir. Ainsi, les Français choisissent en premier « le pain qu’ils aiment », et le facteur prix n’intervient qu’aux extrémités du spectre (très bas ou trop haut), principalement pour les consommateurs les plus démunis.

L’idylle que continuent à entretenir les Français avec leur pain s’appuie sur des valeurs en phase avec les attentes aujourd’hui prioritaires vis-à-vis de l’alimentation : 95 % d’entre eux sont satisfaits du pain qu’ils achètent (goût, qualité, plaisir…), 89 % l’associent à la notion de naturalité et 86 % y voient un facteur de santé et d’équilibre alimentaire. Autant de qualités qui valent au pain d’être reconnu à 89 % comme un aliment incontournable et une composante essentielle du modèle alimentaire plébiscité par 76 % des Français****.

****Baromètre « Les Français et l’alimentation », Ania-OpinionWay, juin 2015.