L'orge | Passion Céréales

   © © Fotolia

Dossier

L'orge

L’essentiel de la production d’orge, troisième céréale cultivée en France, se concentre dans le quart nord-est du pays, sur une surface de 1,9 million d’hectares. La France se classe au rang de deuxième producteur européen d’orge.


 
 
NOM COMMUN :
Orge

NOM LATIN :

Hordium

TAILLE :

L'orge mesure entre 95 et 120 cm de haut

SIGNES DISTINCTIFS :

On reconnait cette céréale à ses épis constitués de deux ou six rangs d’épillets.

ORIGINE :

Lorsqu’il s’agit d’orge, finalement, la date la plus importante est celle de la découverte des premières bières issues de sa culture. Il y a 10 000 ans, notre céréale poussait à l’état sauvage du moyen orient à l’Afghanistan et dans le nord de l’Inde. C’est dans ces régions qu’elle fut domestiquée et d’abord utilisée dans la fabrication de pains et de bouillies. La légende raconte qu’un jour en Mésopotamie, l’une d’elles aurait été oubliée et aurait fermenté à l’air libre. Délicieuse étourderie, c’est ainsi que serait née la première bière au monde. La suite appartient à l’Histoire…

 

 

 

LA CULTURE DE L'ORGE EN CHIFFRES :

Au niveau mondial, l’orge représente la quatrième céréale cultivée et on en récolte plus de 140 millions de tonnes par an. C’est la troisième céréale la plus cultivée en France. 11 millions de tonnes d’orge sont produites chaque année, dont 3 millions pour l’orge de brasserie. La France est le premier producteur d’orge brassicole de l’Union Européenne.

ZONES DE CULTURE :

L’orge est une céréale aussi facile à vivre qu’à cultiver. Grâce à sa grande capacité d’adaptation aux sols et aux climats, elle se plaît autant dans les régions tempérées que sous des latitudes plus froides. Dans le monde, c’est l’Australie qui détient la palme de la plus grande surface dédiée à sa culture avec plus de 11 millions d’hectares enregistrés en 2014.

En France, sa production s’étend sur près d’1,9 millions d’hectares, principalement répartis dans le Nord-Est du pays.

SON CYCLE DE CULTURE :

L’orge est semée à la fin de l’hiver ou à l’aube du printemps selon les variétés : on parle d’orge de printemps (traditionnellement de l’orge brassicole) ou d’orge d’hiver (comme l’escourgeon qui est utilisé pour l’alimentation animale).

Pour découvrir comment on cultive l’orge et tous les épisodes de la série « Au fil du grain », partez à la rencontre de Simon Lelarge, agriculteur dans la région Grand-Est !

L’orge est bien connue pour représenter le principal ingrédient de la bière, bien sûr, mais c’est loin d’être le seul débouché de cette céréale ! Rappelons qu’en France, deux types d’orge sont produites, l’orge fourragère destinée à l’alimentation animale et l’orge brassicole transformée en malt et utilisée dans la fabrication de la bière et du whisky, et certaines variétés se retrouvent également dans nos assiettes. Tout comme le blé, l’orge est riche en glucides complexes, vitamines et minéraux et est aussi bonne pour notre santé que pour celle des animaux qu’elle nourrit.

DANS LES BOISSONS ALCOOLISEES :

Sa principale utilisation est d’entrer dans la composition de la bière mais aussi du whisky.

Transformation de l’orge brassicole en malt puis en bière » 

L’orge ne peut être brassée directement en bière : elle doit tout d’abord être transformée en malt. Cette opération, appelée maltage, comprend différentes étapes successives très techniques. Les grains d’orge sont d’abord trempés dans l’eau (on parle de la trempe), mis à germer 5 à 6 jours puis séchés dans un four à 100°C pour être transformés en malt (ultime étape que l’on nomme le touraillage). On peut ensuite passer au brassage : décortiqués, les grains sont mélangés à l’eau, chauffés, brassés et filtrés pour devenir le moût. Faites fermenter avec de la levure, ajoutez du houblon et vous obtenez de la bière !

Pour en savoir plus sur la fabrication de la bière, retrouvez notre dossier thématique et partez en immersion à travers les maillons de la filière avec notre série « Au fil du grain ».

La France est le 1er exportateur mondial de malt et le 8ème producteur européen de bière. 20 % des bières brassées dans le monde le sont à partir d’orges de brasserie et de malts français. Il faut dire qu’elle profite d’un sacré marché : 33 litres de bière par an et par habitant sont consommés en France chaque année, loin derrière nos amis allemands (104L) ou tchèques (143L).

Pour retrouver plus de chiffres sur la filière, c’est ici.

DANS NOS ASSIETTES :

L’orge entre dans la composition de mélanges de céréales de petit-déjeuner. En sirop, elle permet de réaliser les fameux sucres d’orge. Chez Passion Céréales, on en fait une crème aux tuiles de parmesan et au sésame noir, et bien d’autres recettes !

DANS L'ALIMENTATION ANIMALE :

Plus d’un tiers de la production totale d’orge en France est destiné à l’alimentation animale. Ses grains entrent dans la fabrication d’aliments pour les porcins et les volailles.  Sa paille constitue également un complément alimentaire donné aux bovins et aux chevaux.

Pour en savoir plus sur l’utilisation des céréales françaises dans l’alimentation animale, rendez-vous par ici.

 

Portrait de céréales d'aujourd'hui

Cette brochure permet de tout connaître des quinze céréales de notre quotidien (pseudo-céréales comprises). L’occasion d’en apprendre plus sur les céréales connues (blé, maïs, orge, riz) mais également de découvrir celles que l’on connaît moins comme le sorgho, le millet ou le quinoa.