Biocarburants : les 5 raisons qui ont fait décoller le bioéthanol | Passion Céréales

   © © Passion Céréales

Actualité

Biocarburants : les 5 raisons qui ont fait décoller le bioéthanol

Produit en France à partir de céréales et de betteraves sucrières, le bioéthanol est aujourd’hui incorporé en différentes proportions dans toutes les essences. L’arrivée des boîtiers de conversion E85 homologués a boosté le développement du Superéthanol-E85, carburant plus économique et plus écologique.

La montée en puissance du E10 et du E85 fait du bioéthanol d’origine agricole un carburant de référence pour les automobilistes qui veulent rouler à l’essence. Salué par le public et les médias, soutenu par l’État, le bioéthanol s’impose comme une solution simple et disponible pour rouler moins cher et plus vert.

 

5 raisons qui ont fait décoller le bioéthanol :

1. La fin du « tout diesel »

Depuis 2017, le moteur essence a pris le pas sur le diesel dans les ventes de véhicules neufs. Le diesel qui représentait 69 % des immatriculations en 2013 est tombé à 35 % en avril 2019 tandis que l’essence est passée de 27 % à 60 % sur la même période. Cette inversion de tendance est le fruit de volontés publiques : restrictions de circulation dans les grandes villes, hausse de la fiscalité du diesel... et de l’arrivée sur le marché du SP95-E10, qui offre aux automobilistes un carburant essence au prix proche du diesel mais moins polluant.

 

2. Un levier de la transition énergétique

Le bioéthanol utilisé en France est à la fois une ressource locale et une énergie renouvelable : il est fabriqué sur le territoire à partir des sucres contenus dans des céréales (blé, maïs) et dans la betterave sucrière. Il pourra, à terme, être aussi produit avec de la biomasse : pailles, déchets forestiers...

Face à la l’urgence climatique, le bioéthanol apporte une solution concrète et disponible : utilisé à la place de l’essence, il réduit de 71 % les émissions de CO2, de 90 % les émissions de particules et de 30 % les émissions d’oxydes d’azote par rapport aux énergies fossiles. Ces qualités en font un acteur de la transition écologique dans les transports. Il est désormais présent dans toutes les essences : jusqu’à 7,5 % dans le SP95 et le SP98, jusqu’à 10 % dans le SP95-E10, de 65 à 85 % dans le Superéthanol-E85.

 

3. Un carburant compétitif

Le SP95-E10 est aujourd’hui le carburant essence le plus vendu en France. Son prix de vente est, en moyenne, inférieur de 8 centimes d’euros par rapport au SP98 et de 4 cts/€ par rapport au SP95. Il est compatible avec 98 % du parc de voitures essence en circulation et il distribué dans plus des deux tiers des stations-services de l’Hexagone.

Le Superéthanol-E85 est destiné aux véhicules Flex-Fuel, à l’image du Ford Kuga Flexifuel lancé au printemps 2019, et aux voitures équipées d’un boîtier E85 (appelé parfois « kit bioéthanol »). Vendu au prix moyen de 0,68 cts/€ le litre, il est de loin le carburant le moins cher du marché et le nombre de stations qui le distribue augmente constamment (plus de 1 600 pompes en octobre 2019).

 

4. Un contexte sociétal favorable

La montée en puissance du bioéthanol apporte à la société française des réponses à des attentes et des enjeux de différentes natures :

  • il réduit la dépendance de la France aux énergies fossiles et son exposition aux instabilités du marché pétrolier,
  • il contribue à l’indépendance énergétique : la substitution du bioéthanol à l’essence représente actuellement 400 000 tonnes de pétrole économisées,
  • il est bon pour le climat et la qualité de l’air,
  • il contribue au pouvoir d’achat des automobilistes,
  • la filière bioéthanol crée de la valeur pour les territoires de production (principalement en zone rurale) et génère 9 000 emplois.

 

5. L’adhésion des consommateurs, le soutien des Pouvoirs publics

  • Autorisés en France depuis 2017, les boîtiers E85 homologués ont littéralement dopé la consommation du E85, dont les ventes ont progressé de près de 90 % en un an. L’accès à cette solution s’est rapidement développée : les fabricants de boîtiers E85 homologués proposent douze modèles, disposent de leurs réseaux d’installateurs et ont conclu des partenariats avec des centres de montage (Norauto, Point S, Roady, Auto Leclerc, Speedy).
  • Certaines collectivités territoriales (Hauts de France, Grand Est, PACA, Ville de Libourne...) proposent une aide financière aux automobilistes qui veulent équiper leur véhicule d’un boitier E85.
  • Au-delà de la fiscalité avantageuse appliquée au E85, l’État français a mis en place des dispositifs incitatifs : exonération totale ou partielle des frais de carte grise pour les véhicules fonctionnant au E85, abattement de 40 % sur les émissions de CO2 prises en compte dans la prime à la conversion (ex-prime à la casse) pour l’achat d’un véhicule Flexfuel d’origine.

 

* Sources :
autoactu.com, bioethanolcarburant.com
ePure 2018, Research of Real Driving Emissions with E85 and Two Flex Fuel Vehicles, Haute École Spécialisée Bernoise, décembre 2017
Syndicat national des producteurs d’alcool agricole (SNPAA), bioethanolcarburant.com

 

Contacter l'auteur