Comment la drêche de brasserie devient un gâteau apéritif original ? | Passion Céréales

La drêche de brasserie pour des crackers apéritifs sains et gourmands   © Pixabay - Resurrection

Actualité

Comment la drêche de brasserie devient un gâteau apéritif original ?

Riches en fibres et en protéines, légers en calories, les crackers à base de drêches de brasserie renouvellent la gamme des biscuits apéritifs autour d’une expérience d’économie circulaire.

Ingrédient le plus couramment utilisé pour la fabrication de la bière, l’orge maltée est à l’origine du goût et de la couleur que le brasseur souhaite donner à son breuvage. Les enveloppes des grains d’orge recueillies lors du brassage forment une matière solide appelée « drêches de brasserie ». Traditionnellement valorisés sous forme d’aliments pour animaux, ces coproduits de la bière riches en fibres, protéines et minéraux trouvent aujourd’hui un nouveau débouché aussi gourmand que vertueux. En effet, mettant à profit les qualités nutritionnelles des drêches et leur aptitude à donner du croquant, de jeunes start-up ont eu l’idée de les utiliser pour élaborer des recettes de biscuits salés.

Engagés dans le local

Ainsi sont nés les crackers Résurrection et, plus récemment, les bâtonnets Brewsticks, lancés en septembre 2019. Au-delà des saveurs et des caractéristiques propres à chacun, ces produits ont en commun de créer de la valeur à partir d’une ressource locale, en l’occurrence issue de micro-brasseries parisiennes. Comme le soulignent ses créatrices, « Résurrection redonne vie aux drêches et se veut une marque engagée dans le local, soutenue par une démarche circulaire et artisanale. » Un point de vue que partage la présidente de Brewsticks qui, en choisissant de lancer son produit dans les circuits des cafés-restaurants de la région parisienne, évoque « une ressource alimentaire ultra locale. »

S’ils trouvent naturellement leur place à l’apéritif, ces produits de snacking seront tout aussi appréciés au petit-déjeuner ou pour caler un petit creux dans la journée...

Contacter l'auteur