© Fotolia - magann

Actualité

De Paris à Roissy, une vallée agricole sur la piste d’envol

5 000 hectares de terres reconquis sur le bitume et rendus aux céréales, au maraîchage et à la viticulture : tel est l'ambitieux projet de revégétalisation de l’espace Paris-Roissy-Charles-de-Gaulle porté par le groupe coopératif InVivo.

Avant d’être, depuis 1974, l’une des principales plateformes d’échanges aéroportuaires mondiales, Roissy était un prospère village agricole, l’un des greniers à blé des rois de France. Le projet du groupe InVivo et de sa filiale Agrosolutions vise à renouer avec ce passé agricole et céréalier. Le projet présenté en février 2017 lors du forum « Paris Ile-de-France capitale économique » consiste à végétaliser les 20 km qui séparent l’aéroport Charles-de-Gaulle de Paris (Porte de la Chapelle) en y implantant des parcelles de grandes cultures (blé, orge, colza) et de maraîchage, des serres productives, des vergers et de la vigne. Un recensement foncier est en cours afin d’identifier les terres agricoles disponibles ainsi que les friches industrielles et les terrains publics et privés qui pourraient être mobilisés. En l’état, on estime à 5 000 hectares la surface totale susceptible d’être revégétalisée.

Outre les mises en culture, la nouvelle « vallée végétale » investira le sommet des immeubles, avec des toitures végétalisées, et les bords de l’autoroute sous forme de plantes dépolluantes qui contribueront à réduire l’empreinte carbone de cet axe où circulent 120 millions de véhicules par an. « Nous voulons faire de l’autoroute A1 une vitrine mondiale de notre savoir-faire en agriculture urbaine et écologique », explique Antoine Poupart, responsable du projet chez InVivo. Un projet citoyen et de proximité car il prévoit également de distribuer les produits issus des récoltes locales aux particuliers et aux restaurants de l’aéroport.

Prochaine étape : mai 2017 avec la publication de l’étude commanditée par l’association « Paris Île-de-France capitale économique » qui s’est adjointe les services de l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

Contacter l'auteur