La baguette de pain entrera-t-elle au patrimoine de l’Humanité ? | Passion Céréales

   © Fotolia - delkoo

Actualité

La baguette de pain entrera-t-elle au patrimoine de l’Humanité ?

La demande d’inscription de la baguette de pain française au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité bénéficie du soutien officiel du Président de la République, Emmanuel Macron. Comment décrocher cette distinction si convoitée ? Quels enjeux y sont associés ? Décryptage.

La baguette française rejoindra-t-elle la pizza napolitaine et le pain d’épices de Croatie sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité ? C’est la question à laquelle l’Unesco devra répondre d’ici deux années. En effet, la demande déposée en janvier dernier à l’initiative de la Confédération nationale de la boulangerie pâtisserie française (CNBPF) est actuellement en cours d’instruction par l’organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture, qui rendra sa décision fin 2019. À l’occasion du tirage de la galette des rois de L’Élysée, le Président de la République, Emmanuel Macron, a affirmé son soutien à cette initiative, considérant que la baguette est à la fois un symbole « de l’excellence française » et l’emblème d’une profession « qui rayonne au-delà de nos frontières » avec la capacité de « réconcilier le coin de rue et le bout du monde ! »

Si l’inscription au patrimoine de l’Humanité est, de toute évidence, une distinction hautement honorifique, cette consécration n’est pas uniquement symbolique car, au-delà de la reconnaissance, l’inscription recouvre un enjeu de sauvegarde. Comme l’explique une représentante en France de l’Unesco, « les éléments inscrits au patrimoine mobilisent l’attention, bénéficient d’une visibilité sans précédent et font reconnaître leur importance pour la cohésion sociale. Leur sauvegarde relève de la responsabilité des États, mais l’Unesco a mis en place des processus de suivi régulier. Les États doivent périodiquement présenter au Comité des rapports sur l’état des éléments présents sur leur territoire et sur les mesures mises en œuvre pour leur sauvegarde. »

Du « monument » national au patrimoine universel

Pour intégrer la liste, la baguette de pain doit, comme tous les postulants, satisfaire aux critères définis par la Convention pour la sauvegarde du patrimoine de l’Humanité, qui est un traité international adopté par les États membres de l’Unesco. Créée dans les années 1920 afin d’offrir un format alternatif à la miche de pain plus adapté aux nouvelles pratiques de consommation, la baguette de pain s’est au fil du temps associée à l’identité du pays jusqu’à en faire un emblème du mode de vie et du modèle alimentaire. Les Français vivent avec elle une véritable histoire d’amour qui s’apprécie à l’aune des 6 milliards de baguette débitées chaque année dans les 36 000 boulangeries du pays. Ces réalités reflètent parfaitement les critères de savoir-faire, de créativité humaine, d’adhésion d’une communauté, d’identité et de continuité historique qui, selon l’Unesco, entrent dans la définition d’un élément du patrimoine culturel.

Par ailleurs, l’Unesco doit s’assurer que des mesures visant à protéger et promouvoir la baguette en tant qu’élément patrimonial sont bien mises en œuvre au sein du pays. Là encore, l’engagement et les actions de la profession – à l’image de la règlementation encadrant la baguette de tradition française ou encore d’événements publics comme la Fête du pain – contribuent directement satisfaire ces critères. De même que le soutien de toute la filière qui, des agriculteurs céréaliers aux artisans boulangers en passant par les meuniers, les entreprises de transformation, se mobilisent en permanence pour célébrer et assurer la promotion de ce monument du patrimoine national qu’est la baguette de pain française. C’est en tout cas sur ces bases solides que sera instruite sa candidature et que l’Unesco décidera, peut-être, de la hisser au statut de bien universel. Rendez-vous en décembre 2019.

Il existe trois listes auxquelles les États ont la possibilité de faire inscrire des éléments de leur patrimoine.

  • La liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, qui mobilise la coopération internationale autour de mesures de sauvegarde adéquates.
  • La liste dite « représentative » du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité, qui vise à faire prendre conscience de l’importance des éléments qui y sont inscrits. C’est celle où figure notamment le repas gastronomique des Français et, peut-être bientôt, la baguette de pain.
  • Le registre des bonnes pratiques de sauvegarde, qui est composé de programme et projets qui reflètent les principes et objectifs de la Convention des Nations-Unies pour la sauvegarde du patrimoine de l’Humanité.

Pour consulter la liste Unesco du patrimoine mondial, cliquer ici.

 

 

Contacter l'auteur