Moissons 2018 : un bilan mitigé | Passion Céréales

   © Passion Céréales

Actualité

Moissons 2018 : un bilan mitigé

La campagne 2017/2018 aura eu son lot d’aléas climatiques, dont certains ont établi des records. Cependant, malgré ces épisodes à risque pour les cultures, le résultat s’avère relativement bon au niveau national. Les chiffres communiqués le 12 septembre par ARVALIS-Institut du Végétal font également état d’une qualité de la récolte globalement satisfaisante voire très bonne.

Après une récolte 2017 satisfaisante, la production française de céréales à pailles reste, en 2018, globalement dans la moyenne des 5 dernières années avec 35,1 millions de tonnes (Mt) de blé tendre, 1,9 Mt de blé dur et 11,8 Mt d’orges. Sur le plan qualitatif, cette récolte devrait permettre de répondre aux besoins des utilisateurs sur les différents segments de marché. Petit tour d’horizon, céréale par céréale, du bilan des moissons pour l’année 2018.

Malgré des conditions climatiques difficiles au printemps, la production de blé tendre est estimée, à ce jour, à 35,1millions de tonnes avec des surfaces évaluées à 4,9 millions d’hectares. Sur le plan qualitatif, cette récolte devrait pleinement répondre aux attentes des meuniers, des pâtissiers et des boulangers industriels, avec notamment des teneurs en protéines élevées (supérieures à 11,5 %, voire à 12 % dans de nombreuses situations). Le poids spécifique, le temps de chute de Hackberg et autres indicateurs de qualité technologique sont également bons à très bons.

La situation pour le blé dur est plus contrastée entre les différents bassins de production. À l’échelle nationale, la production serait en recul de 12 % par rapport à 2017 et s’établirait à 1,9 millions de tonnes. Sur le plan qualitatif, des nuances sont perceptibles entre le bassin Sud‐Est et le bassin Sud‐Ouest. Un travail de tri devra être effectué sur les lots pour répondre aux besoins des acheteurs. Dans le bassin Ouest‐Océan, les rendements sont corrects avec des teneurs en protéines élevées (autour de 14,5 %) et des poids spécifiques élevés pour ce bassin. Les rendements du bassin Centre retrouvent des niveaux très satisfaisants avec une qualité au rendez‐vous.

Selon les régions, les rendements en orge d'hiver ont été plus ou moins impactés par les conditions climatiques du printemps. On observe un gradient d’Ouest en Est. Les principales régions productrices ont été les moins touchées. Ainsi, la production nationale s’établirait à 8,7 milions de tonnes. Du point de vue de la qualité brassicole, les teneurs en protéines sont bonnes. 

La production française d’orges de printemps est estimée à 3,05 millions de tonnes avec des surfaces évaluées à 489 000 ha et des rendements de l’ordre de 62,4 q/ha. On note toutefois une forte variabilité des rendements liée aux dates de semis. Côté qualité, les teneurs en protéines sont bonnes (moyennes régionales de 9,5 % à 10,8 %) et les calibrages sont bons à très bons.

 

Source : FranceAgriMer/ARVALIS-Institut du végétal

Contacter l'auteur