Epis de petit épeautre de Haute Provence   © Fotolia - wwicki63

Actualité

Qualité certifiée, identité revendiquée

Pour les producteurs, ils sont une marque de reconnaissance et un atout de protection des savoir-faire ; pour les consommateurs, ils offrent des gages d’authenticité et de traçabilité… Les différents labels qualité répondent à des attentes fortes et à des enjeux importants. Les céréales et produits céréaliers s’inscrivent naturellement dans cette dynamique.

En 2015, la fameuse « AOC » (appellation d’origine contrôlée) a fêté son 80e anniversaire. En effet, c’est par un décret relatif à la protection du marché du vin, qu’ont été créés en 1935, les premiers vins et eaux-de-vie AOC et, dans le même temps, l’INAO*, organisme en charge de leur définition, de leur protection et de leur contrôle. Cette double politique de lutte contre la fraude et de valorisation de produits agricoles français a ensuite gagné l’Union européenne, qui a mis en place, en 1992, la mention AOP (appellation d’origine protégée).

Ainsi, bien au-delà des vins, les labels qualité concernent aujourd’hui de nombreuses familles de produits (produits laitiers, fruits et légumes, olives et huiles d’olive, produits de la mer, viandes et charcuteries...) et se déclinent en différents labels spécifiques comme l’IGP (indication géographique protégée), la STG (spécialité traditionnelle garantie), le Label Rouge ou encore le label AB de l’agriculture biologique... Tous permettent de protéger des savoir-faire et de caractériser les produits et le respect des cahiers des charges.

Des céréales reconnues et protégées
En toute logique, les produits céréaliers s’inscrivent eux aussi dans ces systèmes qualité, qu’ils soient liés à une origine géographique ou à un mode de production respectueux de l’environnement. Ainsi, les riziculteurs camarguais et l’ensemble de la filière ont obtenu, l’IGP « Riz de Camargue » reconnaissant l’origine de leurs productions et protégeant leurs productions dans l’ensemble de l’Union européenne.

Le « Petit Épeautre de Haute Provence » comme la farine issue de cette céréale, sont tous deux également protégés par une IGP. Une reconnaissance des qualités organoleptiques et nutritionnelles du « blé des Gaulois », cette céréale oubliée qui a ainsi retrouvé une nouvelle jeunesse.

Le petit épeautre de Haute Provence et le riz de Camargue sont les deux céréales protégées par une IGP en France.

Autre initiative, les agriculteurs engagés dans la culture raisonnée se sont dotés d’un certificat, le « CRC », pour « Culture Raisonnée Contrôlée », qui vise à mieux faire connaître leur démarche par les consommateurs.

En 2014 est née également  "La Charte de production agricole française" et son logo qui devrait se retrouver très prochainement sur des paquets de biscuits. Remplaçant les appellations "Maïs doux de France" et "Céréales de France", ce nouveau repère fondé sur des critères scientifiques valide les bonnes pratiques culturales et de stockage de toute la filière céréalière

Du côté des produits céréaliers, les ravioles du Dauphiné ont décroché leur IGP en 2009. Né au XIIIe siècle, ce petit carré de pâte fraîche est composé d’une pâte fine de farine de blé tendre, farcie de fromage AOC et agrémenté de persil. Il est désormais protégé et ne peut être produit que dans la Drôme et dans l’Isère. Les ravioles ne contiennent ni colorant ni conservateur et ne subissent aucun traitement thermique.

Dans la filière pain, une nouvelle bannière « Le blé de nos campagnes » porte désormais les valeurs de la filière, dont font partie 1 300 agriculteurs, et qui sont résumées en trois chiffres explicites : « Blé 100 % français, 100 % certifié, 100 % confiance ».

Enfin, dans la grande famille des produits Label Rouge, on trouve les farines pour pains, viennoiseries et autres baguettes de pain. C’est le cas de la farine de blé T65 Bagatelle, issue de blés sélectionnés pour leur qualité boulangère. Particularité de ces blés, ils sont cultivés sur des parcelles préservées (loin des routes, des aéroports...).

ce nouveau repère fondé sur des critères scientifiques valide les bonnes pratiques culturales et de stockage de toute la filière céréalière - See more at: http://passioncereales.fr/presentation/actualites/les-c%C3%A9r%C3%A9ales...

* Institut national de l’origine et de la qualité

Les labels en détail…
- L’AOP
(appellation d’origine protégée) désigne un produit dont les principales étapes de production sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une même aire géographique et qui donne ses caractéristiques à des produits essentiellement liés à un terroir (produits agricoles et denrées alimentaires). Signe européen, l’AOP protège le nom du produit dans toute l’Union européenne.
- L’IGP (indication géographique protégée) s’applique aux secteurs agricoles, agroalimentaires et viticoles. Pour obtenir ce signe officiel lié à la qualité et à l’origine, il est nécessaire qu’une étape au moins dans la production, la transformation ou l’élaboration du produit ait eu lieu dans une aire géographique déterminée. L’IGP consacre donc un savoir-faire ou une qualité spécifique directement liés à l’origine géographique du produit. Elle offre des garanties aux consommateurs désireux d’acheter un produit associé à un terroir.
- La STG (spécialité traditionnelle garantie) s’applique à des produits ou à des denrées alimentaires. Elle correspond à un produit dont les qualités spécifiques sont liées à une composition, à des méthodes de fabrication ou de transformation fondées sur une tradition. Elle relève d’un usage, d’un savoir-faire et d’une pratique ancienne, typique, nationale, régionale ou locale mais qui peuvent être réalisés en dehors de la région de provenance ou de fabrication du produit. Il s’agit ici d’une reconnaissance d’un savoir-faire traditionnel qui n’est pas forcément lié à une région spécifique.
- Le Label Rouge est un sigle national désignant des produits (denrées alimentaires et produits agricoles non alimentaires et non transformés) qui, en raison de leurs conditions de production ou de fabrication, ont un niveau de qualité supérieur par rapport à des produits similaires. Outre les caractéristiques sensorielles du produit Label Rouge et leur perception par le consommateur, la qualité repose ici sur des conditions de production particulières. Des analyses sensorielles et des tests organoleptiques (apparence, goût, texture, consistance...) sont effectués régulièrement en vue de comparer le produit Label Rouge avec le produit courant pour assurer le consommateur de la constance dans une qualité supérieure.
- La marque AB (Agriculture Biologique) a été créée pour répondre à la demande croissante, dès les années 70, de produits issus de l’agriculture biologique, c’est-à-dire n’utilisant pas de produits chimiques de synthèse. La marque AB est la propriété exclusive du ministère de l’Agriculture qui en définit les règles d’usage. Elle permet d’identifier des produits 100 % bio ou contenant au moins 95 % de produits agricoles bio dans le cas de produits transformés. Il existe en France deux autres labels nationaux dédiés à l’agriculture biologique :  Nature & Progrès et Bio Cohérence.

Contacter l'auteur