Quand l’agriculteur investit le champ du numérique | Passion Céréales

   © Fotolia - Hiroshite Shiwagara

Actualité

Quand l’agriculteur investit le champ du numérique

Sur son exploitation comme à la maison, l’agriculteur du 21e siècle est un homme ultra connecté, plus équipé que la plupart des Français. Il se sert des outils numériques aussi bien pour piloter son exploitation que pour ouvrir de nouveaux sillons de communication.

Arrivée sur PC de la nouvelle édition du Farming Simulator (outil de gestion virtuelle d’une exploitation agricole très prisé des agriculteurs mais aussi du grand public), réalisation du tout premier banc d’essai comparatif1 des applications pour smartphones dédiées à l’agriculture (réglage des machines, surveillance à distance, jeux…), lancement du logiciel « Engele » (Environnement et Gestion de l’élevage), outil de formation pour les enseignants des établissements agricoles conçu sous la forme d’un serious game2, partage de « felfies » (contraction de farmer et de selfie) sur les réseaux sociaux... Toutes ces nouveautés témoignent de la place prise par le numérique dans le champ agricole et dans la vie de l’agriculteur. Outre la maîtrise des équipements de haute technologie (terminaux embarqués, drones, outils de diagnostic et de décision, suivi des cultures et détection des besoins d’intervention en fertilisation ou protection des cultures), l’agriculteur du 21e siècle se veut résolument connecté, sur son exploitation comme en dehors (+ lien vers le dossier « L’agriculteur et le satellite »).

« Internet est un média mature pour les agriculteurs », souligne Christian Gentilleau, animateur du blog « Les NTIC en agriculture » (lien). Ainsi, la dernière enquête Agrinautes agrisurfeurs menée auprès de 3 000 agriculteurs par BVA-Tic-Agri3 sur « les équipements et les usages sur internet » montre qu’ils sont 93 % à utiliser quotidiennement internet pour les besoins de leur exploitation (météo, cours des matières premières...), soit davantage que la moyenne nationale des ménages français. Ils sont 70 % à installer des applications professionnelles sur leur smartphone ou sur leur tablette, les céréaliers étant en pointe dans ce domaine (27 % téléchargent 5 applications ou plus). Ils sont également très actifs et de plus en plus nombreux sur les sites professionnels, les forums (Agriculture-Convivialité-Environnement, Agriavis, Agricool, Terre-Net…), les blogs et les réseaux sociaux, créant ainsi des espaces d’échanges et de partage d’informations. De nouveaux champs numériques à explorer et à fertiliser pour ces « agrinautes » et « agrimobinautes » 2.0.

 

1. Réalisé par le magazine La France Agricole (juin 2013)
2. Serious game : jeu sérieux qui combine intention pédagogique et ressorts ludiques
3. Enquête annuelle de référence menée entre le 17 juin et le 21 juillet 2014

Contacter l'auteur