Teff, fonio, moha : des céréales venues d'ailleurs | Passion Céréales

Récolte du teff en Ethiopie   © A.Davey

Actualité

Teff, fonio, moha : des céréales venues d'ailleurs

Derrière ces noms aux consonances exotiques se trouvent des céréales peu connues mais aux qualités nutritionnelles ou techniques très intéressantes. À découvrir sans tarder.

Le teff est cultivé sur les terres d’Éthiopie, où les habitants se nourrissent essentiellement d’injeras, ces galettes ou crêpes à base de teff blanc, rouge ou noir. Très nutritive, riche en calcium, en fer et en protéines, cette céréale, véritable ADN de l’Éthiopie, commence à faire des adeptes en Europe et aux États-Unis. Elle pourrait représenter une opportunité à l’export pour son pays d’origine, qui devra toutefois veiller à protéger son marché intérieur. Autres pays producteurs, l’Afrique du Sud ou la Zambie se sont déjà mises sur les rangs de l’export.

Le fonio est l’une des plus anciennes céréales d’Afrique. On le cultive dans la savane, notamment au Sénégal et au Mali. En France, on peut trouver cette minuscule céréale dans le circuit bio. Apprécié pour ses micronutriments (magnésium, zinc, calcium, protéines), le fonio est notamment conseillé aux personnes diabétiques, en surpoids ou intolérantes au gluten.

Le moha, cultivé en France, est aussi appelé millet des oiseaux ou panis. D’origine asiatique, il est arrivé vers 2000 avant J-C. en Europe méridionale. Il peut se retrouver indirectement dans votre assiette car cette céréale fourragère estivale sert à l’alimentation des animaux. Offrant une bonne résistance à la sécheresse, le moha a besoin de très peu d’eau pour se développer. Sa vitesse de croissance (60 jours après le semis) le rend très utile dans les rotations culturales car il empêche la poussée de mauvaises herbes sur les parcelles entre deux cultures. Enfin, cette graminée, semée en fin de printemps, permet aussi de réaliser une seconde récolte de fourrage dans l’année.

 

 

Contacter l'auteur