© Maïsadour

Actualité

Un acteur de la filière céréalière d’Aquitaine optimise son empreinte carbone

Groupe coopératif agroalimentaire implanté à Mont-de-Marsan dans les Landes, Maïsadour s’est engagé depuis plusieurs années dans une politique RSE volontariste appliquée à l’ensemble de ses activités : pratiques culturales, collecte, stockage, transport…

Cette stratégie a notamment conduit le Groupe à redéfinir toute son organisation logistique en s’appuyant sur une gestion informatique centralisée et en développant des synergies avec les coopératives voisines afin d’éviter les recouvrements géographiques et de rationaliser les parcours de collecte. Résultat : « les kilomètres parcourus ont déjà été réduits de 25 % par tonne de céréales collectée, générant une économie proportionnelle de carburant et d’émissions de CO2 », explique Michel Montet, directeur des Productions végétales et du Développement durable de Maïsadour.

Parallèlement, la coopérative a modifié sa politique d’achat de carburants en passant l’ensemble de sa flotte interne au biocarburant B30, un gazole de nouvelle génération contenant 30 % de diester d’origine végétale et permettant une réduction de plus de 13 % des émissions de CO2.

Enfin, Maïsadour a également été parmi les premiers acteurs de l’agroalimentaire régional à réaliser un bilan carbone complet de ses filières (foie gras et volaille), depuis la culture du maïs jusqu’au produit final.

Ces initiatives pionnières ont notamment été saluées par l’Ademe et cet important acteur de la filière céréalière en Aquitaine est aujourd’hui reconnu comme un interlocuteur de référence sur les questions de méthodologie et de management environnemental.

Contacter l'auteur