Plateforme expérimentale de Villiers Le Bâcle : vue générale des parcelles d'essai   © ARVALIS-Institut du végétal & ALTICLIC

Actualité

Une ferme expérimentale au cœur de l’Île-de-France

Implantée sur le plateau de Saclay (Essonne), au cœur d’une zone de production céréalière et à proximité d’un important pôle de recherche agronomique et climatique (Inra, AgroParisTech, CEA…), la station régionale ARVALIS de Villiers-le-Bâcle accueille une équipe de spécialistes en physiologie dont les travaux sont entièrement dédiés à la thématique des stress climatiques et de leur impact sur les céréales à paille.

« Ces recherches s’inscrivent dans un contexte de stagnation des rendements en blé tendre observée depuis le milieu des années 90, y compris dans des régions comme l’Île-de-France où les terres profondes et le climat sont pourtant propices aux cultures céréalières, explique l’un des ingénieurs physiologistes d’ARVALIS-Institut du végétal, Jean-Charles Deswarte. Notre mission consiste à analyser avec précision la totalité des facteurs – agronomiques et climatiques – qui impactent les rendements, puis à identifier les pratiques et les variétés de plantes qui maintiennent voire augmentent les rendements. »

Véritable ferme expérimentale, le site de Villiers-le-Bâcle regroupe des microparcelles où de multiples paramètres sont testés, observés, comparés et modélisés : comportement des variétés expérimentales, variations au sein de lignées isogéniques1, simulations de conditions de culture et de pratiques culturales… Le dispositif permet également de procéder à des contrôles a posteriori, autrement dit de valider les nouvelles semences commercialisées sur différents critères (performances attendues de la variété de plante, qualité et homogénéité des lots).

« Nous construisons ici des protocoles d’essais qui seront ensuite mis en œuvre dans d’autres conditions de culture, sur les différentes zones de production céréalière en France, précise Jean-Charles Deswarte. Tous ces travaux convergent vers un objectif majeur et partagé par toutes les équipes de recherche d’ARVALIS-Institut du végétal : mettre au point des stratégies qui permettent aux cultures d’esquiver le phénomène « d’échaudage» ou de mieux le tolérer. »

Autrement dit, de réduire l’impact préjudiciable des épisodes de chaleur en fin de cycle cultural dont la fréquence s’accroît avec les modifications du climat.

1. Familles de plantes présentant le même patrimoine génétique mais avec des variations sur une petite zone du génome

Contacter l'auteur