Les céréales en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Les chiffres clés

Les chiffres clés de la culture céréalière en Provence-Alpes-Côte d’Azur

  • 89 600 ha de céréales, première surface agricole régionale devant la vigne
  • 4 500 exploitations céréalières
  • 1ère région productrice de riz en France métropolitaine
  • 5e région productrice de blé dur
  • 43 500 ha et 158 000 t de blé dur
  • 11 500 ha et 66 000 t de riz
  • 7,2 % de la production céréalière en agriculture biologique
  • Un terminal céréalier portuaire d’une capacité de 1,2 Mt
  • 70 % des Provençaux ont une opinion positive de la culture des céréales*

* Source : Viavoice 2016

La production

Derrière ses 800 km de façade maritime, la région PACA offre de superbes paysages et de saisissants contrastes entre les zones de haute montagne, les garrigues et reliefs côtiers, les coteaux viticoles et les plaines qui bordent le Rhône avant de s’épanouir en son delta. C’est précisément là que se concentrent les cultures céréalières.

Sur près de 90 000 hectares (ha), elles occupent 11 % de la surface agricole utile, à quasi égalité avec la vigne. Principalement orientée sur le blé dur (43 500 ha) et le riz (11 500 ha), la production céréalière régionale propose également de l’orge (10 000 ha), du blé tendre (9 600 ha), du maïs (5 000 ha) du triticale (3 000 ha), du sorgho (2 000 ha) et du petit épeautre de Haute Provence (500 ha).

Forte d’une production de 158 000 t de blé dur par an, PACA est la 5e région productrice de cette céréale en France. Par ailleurs, la Camargue est le plus grand territoire de production de riz en  en France métropolitaine, avec une production annuelle de 66 000 t de riz. Ce riz bénéficie d’une IGP (Indication Géographique Protégée), tout comme le petit épeautre de  Haute-Provence, également typique de la région, avec une production de  10 à 15 quintaux par an.

Si la faible pluviométrie pénalise les rendements céréaliers, cette rigueur climatique produit aussi des effets positifs : grâce à des taux de protéines élevés et à la faible incidence des maladies et parasites, les blés provençaux sont des matières premières très appréciées des transformateurs. Ces conditions favorisent également l’agriculture biologique.

Préserver le patrimoine naturel

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la première région de France en surfaces classées Natura 2000 et en parcs régionaux. Les cultures céréalières s’y intègrent de manière harmonieuse et forment une composante à part entière de l’identité territoriale aux côtés des autres cultures emblématiques de la région : vignes, lavande, oliveraies, vergers…

Fortement engagés dans la préservation du patrimoine naturel, les agriculteurs céréaliers de la région PACA multiplient les initiatives en faveur de la biodiversité et de la qualité de l’environnement : mise en place de bandes enherbées le long des cours d’eau, implantation de couverts végétaux entre deux récoltes, utilisation d’outils de décision et de pilotage des cultures visant à réduire les apports de fertilisants et de produits de protection des plantes…

Ces initiatives contribuent directement à l’amélioration du bilan CO2 des cultures céréalières, sachant que l’agriculture et la forêt sont les seuls secteurs économiques qui captent plus de CO2 qu’ils n’en n’émettent. Ainsi, chaque année, les céréales cultivées en PACA retiennent 0,6 Mt d’équivalent CO2, compensant ainsi la totalité des émissions dues à l’agriculture et à la sylviculture régionales.

Enfin, la filière de production de céréales bio, très active en PACA, mobilise plus de 7 000 ha et compte 495 exploitations qui assurent près de 8 % de la production nationale de céréales biologiques.

La collecte

Les conditions de stockage et de conservation des grains font l’objet de démarches spécifiques permettant de garantir des qualités techniques et sanitaires répondant aux plus hauts standards exigés par les utilisateurs.

Les organismes stockeurs remplissent également une mission de conseil et d’expertise auprès des agriculteurs : choix des variétés et des semences, pratiques culturales, réponse aux demandes du marché… Leur action contribue à renforcer les liens techniques et économiques entre les producteurs de céréales et le monde industriel, en alimentaire comme en non alimentaire.

Un tremplin pour l’export

La filière céréalière bénéficie pleinement de la façade maritime régionale et de son ouverture sur le monde méditerranéen. 800 000 tonnes de céréales sont exportées en moyenne chaque année depuis le port de Fos-sur-Mer à destination du marché sud européen et des pays du Maghreb.

Par ailleurs, d’importants investissements ont été engagés en faveur du port des Tellines (Port-Saint-Louis-du-Rhône) pour en faire un terminal céréalier de premier plan, véritable plate-forme multimodale combinant les voies fluviale, ferroviaire, routière et maritime. Cette infrastructure offre à la production céréalière française une capacité d’exportation supplémentaire à hauteur de 1,2 Mt.

La transformation

Dans une région fortement consommatrice de produits de semoulerie et de pasterie, la filière blé dur est structurée en circuit court, offrant une proximité vertueuse entre la production agricole, la transformation et le consommateur. Ainsi, les blés durs alimentent la fabrique de pâtes alimentaires d’un des leaders du secteur ainsi que les deux unités de production de semoule implantées en PACA, dont une dédiée  à la fabrication de couscous.

Côté riz, plusieurs entreprises se consacrent à la transformation du grain « paddy » (riz brut) en riz prêt à être consommé. De plus, la région compte 10 moulins qui approvisionnent, notamment, le réseau des boulangeries artisanales, 11 unités de boulangerie-pâtisserie industrielle, 2 biscuiteries, 4 brasseries (>1000 Hl) et 5 sites de production d’aliments pour animaux.

Des productions de qualité et à forte identité

Les produits céréaliers font partie intégrante du patrimoine culinaire régional. Les pâtes y occupent une place de choix. De plus, les filières riz et petit épeautre sont l’une et l’autre valorisées par une Indication et de qualité. Enfin, tous les acteurs de la filière céréalière s’engagent au quotidien pour faire de la qualité une exigence dans de multiples domaines : formation, traçabilité, sécurité sanitaire, préservation des savoir-faire traditionnels, innovation...

Dans ce contexte favorable aux activités agroalimentaires, la région PACA produit de nombreuses spécialités gastronomiques appréciées dans toute la France et au-delà des frontières. Outre ses vins prestigieux, ses herbes aromatiques et ses préparations de fruits et légumes, on recense bon nombre de recettes associées aux céréales : fougasses et pompes à l’huile, pizzas et pissaladières, tarte tropézienne, pain bagnat…