Conseiller bancaire en clientèle agricole | Passion Céréales

Conseillère bancaire en clientèle agricole   © Adobe stock par sebra - novembre 2020

Dossier

Conseiller bancaire en clientèle agricole

Passion Céréales

Investi d’une fonction à la fois technique et commerciale, le conseiller bancaire dédié à la clientèle agricole est en charge d’un portefeuille composé exclusivement d’agriculteurs. La particularité de ce métier – par rapport au chargé de clientèle « généraliste » – réside dans la relation approfondie que le conseiller entretient avec chaque client. De l’installation à la retraite, il suit l’agriculteur sur toute sa vie, tant au niveau de ses activités professionnelles que sur les aspects privés et patrimoniaux.


La mission du conseiller bancaire clientèle agricole couvre un large panel d’activités :

  • Assurer le suivi des comptes professionnels et privés (flux, encours, découverts, crédits...),
  • Élaborer les dossiers de financements (matériel agricole, bâtiments et extensions, acquisitions foncières...),
  • Analyser et évaluer la situation financière de ses clients,
  • Apporter des conseils qualifiés en termes de placements, d’investissements et de gestion du risque pour l’exploitation,
  • Commercialiser des produits financiers proposés par l’établissement bancaire.

 

En tant qu’interlocuteur dédié et permanent, il accompagne son client sur certains dossiers qui nécessitent l’appui d’une expertise complémentaire ou spécialisée au sein de la banque :

  • Installation : l’établissement bancaire conseille le jeune agriculteur sur les aspects administratifs, juridiques et financiers lors du montage de son premier projet (création d’une exploitation, transmission ou reprise d’une entreprise agricole),
  • Grands investissements : foncier (achat de terres), reprise d’exploitation, production d’énergie (photovoltaïque, méthanisation),
  • Gestion et transmission de patrimoine,
  • Assurances professionnelles et privées (voiture, habitation, responsabilité civile),
  • Prévoyance (perte d’activité, garantie décès).
  • Il organise alors les rendez-vous avec les conseillers spécialistes de chaque thématique, coordonne les opérations et suit le dossier sur toute la durée nécessaire à la réalisation du projet.

Le conseiller bancaire en clientèle agricole exerce généralement dans un établissement bancaire, mais il peut aussi travailler dans un réseau ou enseigne de crédit, d’assurances ou de courtage.

En règle générale, il intervient au niveau d’un « territoire de vie » dont les contours sont définis par l’établissement bancaire et dont le rayon peut atteindre 50 km. Il peut ainsi être attaché à une ou plusieurs agences bancaires ou succursales, en fonction du maillage territorial de l’enseigne. Cette spécificité implique de nombreux déplacements et des horaires de travail atypiques dans l’univers de la banque. En rythme hebdomadaire, sa semaine s’étend du lundi au vendredi, alors que ses confrères « généralistes » travaillent plutôt du mardi au samedi.

Sa proximité avec ses clients et la nature de leur activité l’amène à être très présent sur le terrain, notamment pour visiter les équipements, matériels et projets d’investissements, en tenant compte des grands rythmes de la vie agricole (semis, récoltes...)

Autonome dans son organisation, il gère sa mobilité et concilie son activité de terrain avec les impératifs administratifs de sa mission : suivi des comptes, analyses de dossiers, reporting, réunions périodiques avec la hiérarchie et les autres conseillers intervenant sur le territoire.

Au-delà des connaissances techniques sectorielles (gestion, finances, assurances, droit...), le métier de conseiller de clientèle agricole impose d’être rigoureux, méthodique, organisé et doté d’une solide capacité d’analyse et de décision.

L’importance de la dimension relationnelle nécessite également un bon sens commercial, un goût pour la négociation, une solide connaissance du monde agricole et, par-dessus tout, un réel intérêt pour cet univers. L’expérience montre que les personnes exerçant ce métier sont souvent issues de familles d’agriculteurs ou proches de cet univers.

Cette caractéristique se traduit également dans les parcours de formation : un grand nombre de conseillers de clientèle agricole ont une formation d’ingénieur agronome ou sont issus de cursus orientés agronomie, agriculture et techniques agricoles (écoles, universités). Lors de leur intégration, l’établissement bancaire leur apporte une formation interne dédiée aux activités bancaires et au métier de conseiller.

Le métier est également ouvert aux diplômés des IUT, écoles de commerce et universités orientés vers la gestion et les métiers de la banque et de l’assurance. À l’issue d’une première expérience « généraliste », ils peuvent suivre une formation spécifique afin d’évoluer vers la clientèle agricole.

En termes de carrières, le conseiller bancaire en clientèle agricole peut évoluer en responsabilités (Responsable de marché, Responsable de crédit), vers des fonctions managériales (Directeur d’équipe, Directeur d’agence), vers d’autres métiers de la banque (Patrimoine, clientèle professionnelle...) ou encore vers des fonctions supports au sein du siège social (Marketing, Administration...).

 

Pour en savoir plus…

Sur les métiers de la banque et de chargé de clientèle
https://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/charge-chargee-d...

Sur le métier de chargé de clientèle agricole
http://www.agrorientation.com/actualite/les-actualites-de-la-formation-2...

Sur les offres métiers du Crédit Agricole et du Crédit Mutuel
https://www.ca-recrute.fr/offre-de-emploi/liste-toutes-offres.aspx?all=1...
https://www.creditmutuel.fr/cmo/fr/groupe/recrutement.html

Sur les formations en Agronomie
https://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/agronome

« La satisfaction d’être utile à l’agriculteur et au territoire »

Élodie Gapihan, chargée d’affaires agricoles ETA-CUMA au Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine

Élodie Gapihan chargée d'affaires agricoles Crédit Agricole

« Quand on est profondément attaché au monde agricole et que l’on souhaite rester en contact, la banque est une très bonne manière de maintenir ce lien. Fille d’agriculteur et ingénieure agronome de formation, j’ai découvert le secteur bancaire à l’occasion d’un stage au Crédit Agricole... et j’y suis restée ! Ce métier est très différent de la banque de détail traditionnelle, ne serait-ce que par la dimension "terrain". Accompagner les agriculteurs au quotidien, être au cœur de leurs projets est une grande source de satisfaction : on est utile à l’agriculteur, à sa famille, mais aussi au territoire, au tissu socio-économique local... Après une première expérience de Conseillère de clientèle, j’ai pu évoluer vers une fonction nouvelle et très spécialisée, dédiée aux Entreprises de travaux agricoles (ETA) et aux Coopératives d’utilisation de matériels agricoles (CUMA). Cela me permet de renforcer mon expertise du secteur, de ses spécificités et de ses défis. »