Farine : les meuniers s'adaptent pour répondre à la demande | Passion Céréales

   © Pixabay

Dossier

Farine : les meuniers s'adaptent pour répondre à la demande

Passion Céréales

La période du confinement a été marquée par une forte augmentation des achats de farine des consommateurs. Pour satisfaire la demande, les professionnels de la meunerie ont réorganisé leur production.


La farine est l'un des produits alimentaires les plus prisés du confinement. Le secteur de la meunerie a dû faire face à une demande exceptionnelle et le sachet de farine de 1 kg a vu ses ventes en magasins fortement progresser ces dernières semaines. A la maison, de nombreux Français ont retrouvé le chemin des fourneaux et souhaité s'adonner, souvent en famille, à la confection de gâteaux, de viennoiseries ou de pains. Pour d'autres, cette période incertaine a été l'occasion de faire des « achats de précaution ».

Dans les magasins, l'augmentation des ventes de farine a été soudaine et a pu entraîner ponctuellement des problèmes de réassort et des ruptures de sachets de 1 kg. Elle a incité la grande distribution et les grossistes à revoir à la hausse leurs achats auprès des meuniers. Dès la semaine précédent le confinement, les commandes aux moulins avaient été 2 à 5 fois supérieures à celles observées un an plus tôt à la même période. Une tendance à la hausse qui s'est confirmée tout au long du confinement.

Les moulins face aux commandes de sachets de 1kg

Pour répondre à cette demande, les moulins produisant des farines en sachet de 1 kg et disposant de lignes d'ensachage se sont rapidement organisés. « Les équipes ont été renforcées pour augmenter les capacités de production, mettant en place le travail 7 jours sur 7 ou 24 heures sur 24 », explique ainsi l'Association nationale de la meunerie française (ANMF). Dans le même temps, les gammes ont été resserrées pour produire les farines les plus demandées (T45 et T55) et optimiser les capacités de production et de logistique. Autant d'adaptations qui permettent aux meuniers de répondre au mieux aux commandes, malgré les difficultés de certains moulins à être livrés en sachets par les fabricants d'emballages.

Les adaptations des meuniers pour produire davantage

Face à cette situation exceptionnelle, les professionnels de la meunerie indiquent qu'il n'y a pas de risque de pénurie en France. L'ANMF rappelle à ce propos que la mise en sachet de 1 kg représente traditionnellement moins de 5 % de l'utilisation des farines en France. Elle souligne par ailleurs que, durant le confinement, les livraisons aux boulangeries artisanales et industrielles et aux industries utilisatrices (biscuiterie, biscotterie...), soit 90 % des volumes habituels, sont en forte baisse. La meunerie française précise enfin que « les silos français contiennent aujourd'hui suffisamment de grains pour satisfaire les besoins de l'ensemble des clients ».

L’ANMF souligne par ailleurs que, durant le confinement, les livraisons aux boulangeries artisanales et industrielles et aux industries utilisatrices (biscuiterie, biscotterie...), soit 90 % des volumes habituels, connaissent une baisse globale de 30% d’activité. La situation du paquet de 1 kg ne doit pas masquer la réalité des difficultés rencontrées par le secteur durant cette crise sans précédent.